mardi 14 avril 2009

La responsabilité dans Vol de nuit de Saint Exupéry

PLAN

 

Introduction

I. Qu’est-ce  que la responsabilité ?

II. La responsabilité des pilotes

III. Travail et responsabilité

IV. Responsabilité et liberté

Conclusion

 

 

Introduction

 

Le travail quel qu’il soit doit être un moment d’accomplissement d’une tâche. Ainsi, le responsable dans un travail est souvent celui qui doit être récompensé positivement ou négativement. Voilà pourquoi le travail de l’aviation est un moment pendant lequel on peut mesurer la responsabilité de chaque agent. La responsabilité est donc un engagement de la part des pilotes, mais également de toute l’équipe autour du chef de la compagnie Rivière. Afin d’analyser la responsabilité dans le roman Vol de nuit, il semble nécessaire d’étudier tour à tour la signification de la responsabilité, la responsabilité des pilotes, et enfin la relation entre le travail à faire et l’engagement responsable des différents acteurs.

 

I.                   Qu’est-ce  que la responsabilité ?

 

  1. Définition de la notion

 

Selon le dictionnaire, la responsabilité est définie comme une obligation faite à une personne ou une institution de répondre de ses actes du fait du rôle ou des charges que la personne doit assumer et d’en supporter toutes les conséquences. Et faut-il ajouter que le responsable suppose une acceptation et un engagement à remplir sa mission et à en subir toutes les conséquences, suite à un dommage quelconque. Quand il s’agit de la responsabilité de chaque membre dans une compagnie comme celle dirigée par le chef Rivière, toute décision ou acte oblige le travailleur à rendre des comptes.

 

  1. La responsabilité selon les personnages

 

Le mot responsable a un sens bien entendu général ; toutefois dans Vol de nuit chaque personnage a une certaine compréhension de son rôle, c’est-à-dire de sa responsabilité. Pour Rivière par exemple la responsabilité est une lourde tâche et elle est synonyme de vies humaines qu’on tient entre les mains. D’ailleurs il est comme Tantale ou Atlas qui a porté le monde sur ses épaules, donc il en est responsable. Et voilà pourquoi il dit à Robineau : « Vous disposez presque de la vie des hommes ». Ce que Robineau lui-même sait bien car il affirme à son tour à Pellerin la gravité des décisions qu’il doit prendre (p.61). La responsabilité est si lourde que Rivière ne restait jamais tranquille tant que ses avions étaient au ciel du moment qu’il était le « responsable du réseau entier » à lire à la page 32. Le narrateur est d’ailleurs d’accord avec lui parce qu’il fait du courrier un travail où les pilotes sont responsables du bonheur des gens qui doivent recevoir les lettres. (p.44)

 

II.                La responsabilité des pilotes

 

  1. Le pilote et son appareil

 

Ici chaque pilote est responsable d’abord de son outil de travail, l’avion. En plein vol, c’est son compagnon, le radio qui se charge d’établir le contact avec l’équipe au sol. Cependant, l’entretien des moteurs est sous la responsabilité des mécaniciens et des manœuvres. Cette responsabilité fait que chaque pilote, quelle que soit sa situation dans le ciel doit ramener au sol son appareil.

On comprend dès lors que Robineau critique « le montage d’une pompe du type B6 le confond avec une pompe à un type B4 » (pp.51-52).

 

  1. Le pilote et son coéquipier

 

Autant le pilote est responsable de son appareil, autant aussi il est responsable de son coéquipier, et même d’autres personnes, on pense à sa femme, ou sa famille, aux autres personnes qu’il ne connaît pas et qu’il tient le bonheur dans ses mains. C’est pour cette raison qu’à la page 71 la responsabilité de Fabien nous est suggérée par le narrateur de l’histoire : « le radio pensa qu’après tout le pilote était responsable …. ».

Au total, chaque pilote est responsable de lui-même et de son outil de travail. Responsable aussi des hommes (femme et camarades), Fabien « tenait dans ses mains le cœur battant de son camarade et le sien » (p. 138)

 

III.             Travail et responsabilité

 

  1. La grandeur de la mission

 

La Compagnie de manière générale a la lourde responsabilité du bonheur de beaucoup de gens, celles qui attendent le courrier ou les messages de ces lettres. Ainsi Rivière pense que « dans toute foule, il y a des hommes que l’on ne distinguent pas, et qui sont de prodigieux messagers » (p.40) Ils sont ainsi comparés à des prophètes vu la grandeur de leur mission. L’importance d’une telle responsabilité dans le travail accompli fait que les trois pilotes « dans la nuit, méditaient leur vol » (p.27). Et « il semblait à Rivière qu’il soulevait un poids très lourd à bras tendus, depuis toujours : un effort sans repos et sans espérance. » (pp.28-29).

La femme du pilote du courrier d’Europe aura compris la grandeur du pilote son mari quand elle avance que « dans une heure, [les bras de son mari] porteraient le sort du courrier d'Europe, responsables de quelque chose de grand, comme du sort d'une ville. Et elle fut troublée. Cet homme, au milieu de ces millions d'hommes, était préparé seul pour cet étrange sacrifice ».

 

  1. La sanction du responsable

 

La sanction est toujours la conséquence qui découle d’une responsabilité engagée. Dans Vol de nuit, la responsabilité est l’accomplissement d’un devoir, et tout acte responsable est sérieusement sanctionné positivement ou négativement par Rivière qui est ici le chef qui doit appliquer le règlement. Ainsi après la réussite du pilote Pellerin, Rivière le félicite indirectement quand il dit « comment avez-vous réussi ? » (p.42). Par contre toute faiblesse entraîne une punition envers le responsable. Roblet, le responsable d’un mauvais travail, sera renvoyé. Pourtant c’est lui qui a monté le 1er avion de la Compagnie. Suite à cette décision, Rivière s’explique : « Suis-je juste ou injuste ? Je l'ignore. Si je frappe, les pannes diminuent. Le responsable, ce n'est pas l'homme, c'est comme une puissance obscure que l'on ne touche jamais, si l'on ne touche pas tout le monde. Si j'étais très juste, un vol de nuit serait chaque fois une chance de mort » (p.84). Malgré tout ce qu’on peut penser de Rivière, qu’il est inhumain, sévère, autoritaire, il ne fait que faire son devoir d’un chef responsable, et il pense lui-même : « Ce n'est pas lui que j'ai congédié ainsi, brutalement, c'est le mal dont il n'était pas responsable, peut-être, mais qui passait par lui. »

 

IV.              Responsabilité et liberté

 

Accepter un travail, c’est donc a priori être libre, puisqu’on a le choix. Mais c’est aussi a posteriori être responsable de tout acte exécuté durant l’accomplissement de son travail. Ainsi on n’objectera pas, « je ne l’ai pas fait exprès » à Rivière du moment qu’il dit « ce n’est pas lui que j’ai congédié ainsi brutalement, c’est le mal dont il n’est pas responsable, mais qui passait par lui. » (p. 86). Si les pilotes sont plus libres au ciel, il n’en est pas de même pour les autres au sol, l’inspecteur, les secrétaires, les manœuvres, etc.

Dans Terre des hommes de Saint-Exupéry, Guillaumet était responsable de lui, du courrier et des camarades qui espèrent (…) responsable un peu du destin des hommes, dans la mesure de son travail. »

Cette responsabilité est aliénante dans la mesure où l’homme est mu par une force intérieure incontrôlable. Aussi l’homme ne peut-il prétendre à une liberté absolue :

« Ces plaines, ces villes, ces montagnes… Il (l pilote du courrier d’Europe) partait libre, lui semblait-il, à leur conquête. » (p. 95)

 

Conclusion

 

Comme on vient de le voir, la responsabilité se trouve partout dans le roman, puisqu’elle accompagne non seulement l’accomplissement d’un devoir, mais également le seul fait d’accepter de faire ce devoir. Ainsi la responsabilité est d’autant plus grande si on est responsable de la vie des hommes. Rivière tient entre ses mains la vie de ses pilotes à qui il impose des vols de nuits dangereux, les mécaniciens sont responsables de la sécurité des moteurs et des avions, et les pilotes, des bonheurs des propriétaires des courriers. Donc chacun est responsable dans cette chaîne de la vie. On retiendra qu’être responsable, c’est accepter un devoir et le remplir sous peine de sanctions.

Blogged with the Flock Browser

7 commentaires:

maréme a dit…

bonjour
je suis intéressée par l'aide que vous proposez
mais non pas pour 1 mais 6 livres
je suis enseignante et je prépare mon CAP avec parmi les oeuvres au programme vol de nuit
je recherche toute étude sur mes oeuvres
merci d'avance
anna diop bobodiouf77@hotmail.com

m.faye a dit…

c'est pertinant comme analyse

awa a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
awa a dit…

je m’appelle awa sylla, je suis élève en classe de première l2. je suis intéressé par l' aide que vous proposez mais moi j'aimerais que vous me faite un dossier sur le senegal dans la première guerre mondiale et un autre sur l'alena .

Lireunlivreplaisir a dit…

Ici c'est un prof de français qui s'exprime, aussi il n'a pas nécessairement les connaissances qu'il te faut.
Merci de la visite, et pour des besoins littéraires, bienvenue.

Yodia a dit…

Monsieur Ndao on vous remercie infiniment.

Unknown a dit…

Vraiment c'est genial tu es gentil M. Ndao
House pouvez m'aider sur un point, c'est l'exposée sur les politiques de developpement au senegal et en afrique s' il vous plais