samedi 18 février 2012

CLIQUEZ ICI pour un extrait de développement

Préparez-vous : Faites le commentaire composé de ce poème
Un plan vous est proposé en bas du texte.

L'isolement

Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,
Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ;
Là le lac immobile étend ses eaux dormantes
Où l'étoile du soir se lève dans l'azur. (…)

Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
N'éprouve devant eux ni charme ni transports ;
Je contemple la terre ainsi qu'une ombre errante
Le soleil des vivants n'échauffe plus les morts. (…)

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !

Alphonse de Lamartine, Les Méditations poétiques, 1820.

Plan
Le recueillement du poète
1. un lieu propice à la méditation
2. Une aspiration à la mort

Un poète triste
1. Indifférence du poète
2. Un poète désespéré

Aucun commentaire: